dimanche 6 mars 2016

Ondine de Benjamin Lacombe


Benjamin Lacombe réinterprète le mythe d’Ondine, revenant ainsi à ses amours romantiques et pré-raphaélites. Inspiré par les textes de Friedrich de La Motte-Fouqué et la pièce de Jean Giraudoux, il propose sa version du conte, où prédominent des images faisant écho aux peintures de Millais ou Waterhouse. Par un savant jeu de calques imprimés, il fait émerger toute la sensualité et la transparence de cet univers aquatique. Vibrant pour le beau chevalier Huldebrande, Ondine se noie dans les tumultes de l’amour, ses marivaudages et ses trahisons. (Albin Michel Jeunesse)

Le beau chevalier Hans de Ringstetten est perdu dans la forêt et c'est grâce à son destrier noir que son chemin croise celui d'Ulrich le pêcheur vivant avec sa femme et sa fille dans une maison au beau milieu des bois.
Le brave homme l'amène chez lui, et tandis que le chevalier se réchauffe et festoie apparaît Ondine, la belle et espiègle fille de ce couple, et là c'est le coup de foudre : "Elle était d'une beauté si délicate que ses traits fins se noyaient dans l'éclat de sa peau. Ses longs cheveux roux flamboyaient sur ses épaules en d'élégantes ondulations. Le chevalier en resta bouche bée.".
Ondine et Hans s'aiment, c'est l'amour au premier regard, le coup de foudre, et tandis que Hans s'apprête à ramener sa belle avec lui et à l'épouser, celle-ci lui fait une confidence sur sa vraie nature : "Alors sache que je suis un esprit des eaux, un de ces personnages qui peuplent les récits merveilleux qui effrayent tant les enfants. Je suis née sans conscience et sans remords. Du plus loin que je m'en souvienne, je désire posséder une âme. Or, une vieille légende dit que si une créature des eaux parvient à se faire aimer d'un homme, elle reçoit en retour une âme humaine.".
Qu’importe à Hans qu'Ondine soit un esprit des eaux, il l'aime et est persuadé que leur amour sera plus fort que tout.
Avec Ursule, la prétendante malheureuse de Hans, ces trois-là forment un trio vivant en harmonie et en amour.
Mais le cœur d'Ursule n'est pas aussi pur que celui d'Ondine et elle va entraîner celle-ci ainsi que Hans dans les tumultes du doute, du marivaudage jusqu'à la trahison ultime.

Benjamin Lacombe revisite le mythe d'Ondine, ce n'est pas la raison première qui m'a fait choisir ce livre, je voulais surtout découvrir les incroyables dessins de Benjamin Lacombe, mais je ne regrette pas ce choix car cette histoire est très belle, et surtout très tragique.
Il s'agit d'un conte à destination d'un jeune public, néanmoins le texte est assez fourni et plutôt dur, il s'adresse ainsi aussi bien aux plus jeunes qu'aux plus vieux.
Mais je ne vais pas vous cacher que toute la beauté de l'histoire réside dans les fabuleux dessins de Benjamin Lacombe.
Je connaissais cet artiste pour avoir vu certains de ses dessins, mais à lire une histoire illustrée par lui c'est tout simplement un moment de magie et de pur bonheur.
Je suis littéralement sous le charme de sons trait de crayon, de ses dessins fluides et en mouvement, voire même sensuels, ainsi que de sa mise en couleur.
Il y a des pages doubles d'illustration magnifiques, l'auteur a aussi utilisé des calques par moment, c'est un véritable régal que de redécouvrir le mythe d'Ondine de cette façon.

Ne succomber pas plus longtemps à "Ondine" de Benjamin Lacombe et plonger dans l'univers sombre et merveilleux de ce conte magnifié par les dessins de cet artiste.



2 commentaires:

  1. Réponses
    1. J'aime beaucoup les dessins de Benjamin Lacombe, ils m'ont toujours attiré l'oeil.

      Supprimer