lundi 6 janvier 2020

Gloria Mundi de Robert Guédiguian

       
     

Daniel sort de prison où il était incarcéré depuis de longues années et retourne à Marseille. Sylvie, son ex-femme, l’a prévenu qu’il était grand-père : leur fille Mathilda vient de donner naissance à une petite Gloria. Le temps a passé, chacun a fait ou refait sa vie… En venant à la rencontre du bébé, Daniel découvre une famille recomposée qui lutte par tous les moyens pour rester debout. Quand un coup du sort fait voler en éclat ce fragile équilibre, Daniel, qui n’a plus rien à perdre, va tout tenter pour les aider. (AlloCiné)


Qu'est-ce que je retiens du dernier Robert Guédiguian quelques semaines après l'avoir vu en avant-première en présence de l'équipe du film ?
Sincèrement, pas grand chose, c'est gentil mais ça ne casse pas trois pattes à un canard.
Cela relève plus d'un téléfilm que d'un film et personnellement j'en ai quelque peu assez d'aller au cinéma voir une histoire et une mise en scène qui relève de la télévision plutôt que du grand écran.
Alors oui, il y a de très beaux plans dans ce film, tout particulièrement de Marseille et de cet immeuble récent au port dans lequel le personnage d'Ariane Ascaride fait le ménage et regarde dans le lointain par les immenses baies vitrées.
Oui, c'est aussi un film très actuel, dénonçant la société ultralibérale, qui croque assez bien le monde actuel, mais j'ai aussi trouvé l'ensemble un peu trop manichéen.
Oui, le casting est bon, mais Ariane Ascaride méritait-elle un prix d'interprétation à Venise ? (pour moi : non.)
Il y a "l'équipe" Guédiguian : Ariane Ascaride, Jean-Pierre Darroussin, Anaïs Demoustier, Gérard Meylan, c'est sympathique de les revoir à chaque film dans des rôles différents, mais c'est aussi un manque d'originalité, pour ne pas dire de prise de risque.
J'ai apprécié la présence de Robinson Stévenin, plutôt discret à l'écran, à mes yeux la seule idée originale du casting.
Si je devais mettre une couleur à ce film : noir, car comme le dit la chanson "Noir c'est noir, il n'y a plus d'espoir", et c'est exactement ce qui ressort du film : si la scène d'ouverture et la naissance de Gloria laissait présager d'un peu de lumière les personnages sont vite rattrapés par le quotidien et la dureté de la vie.
A éviter de voir lorsque l'on a des tendances dépressives, ou tout simplement marre de la pluie et du ciel gris de ces derniers mois.
Je vais au cinéma pour me divertir, là j'ai eu l'impression de voir une histoire format long du journal télévisé, je n'ai pas besoin de le voir en image je le constate déjà au quotidien, clairement ce genre de film n'est pas fait pour moi en ce moment.


"Gloria Mundi" n'est pas un mauvais film de Robert Guédiguian, c'est un mélodrame bien déprimant qui ne m'a guère convenu dans cette ambiance morose et ce ciel gris.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire