dimanche 23 octobre 2016

L'ours est un écrivain comme les autres de William Kotzwinkle


Il était une fois un ours qui voulait devenir un homme… et qui devint écrivain. Ayant découvert un manuscrit caché sous un arbre au fin fond de la forêt du Maine, un plantigrade comprend qu’il a sous la patte le sésame susceptible de lui ouvrir les portes du monde humain – et de ses supermarchés aux linéaires débordants de sucreries… Le livre sous le bras, il s’en va à New York, où les éditeurs vont se battre pour publier l’oeuvre de cet écrivain si singulier – certes bourru et imprévisible, mais tellement charismatique ! Devenu la coqueluche du monde des lettres sous le nom de Dan Flakes, l’ours caracole bientôt en tête de liste des meilleures vente. (Cambourakis)

Tout commence avec Arthur Bramhall, professeur prenant un congé sabbatique pour se retirer dans le Maine et écrire son premier roman.
Jusque-là tout se passe bien, d'autant qu'il a écrit un très bon roman, mais voilà que l'étourdi, tout à sa joie du travail achevé, laisse traîner sa sacoche contenant le manuscrit sous un arbre.
Passe alors un ours qui prend la sacoche, lit le manuscrit (oui, l'ours sait lire) et le trouve bon : "Alors que sa pratique de la lecture se bornait aux étiquettes des bocaux de confitures et aux boîtes de vermicelles multicolores, quelque chose dans le manuscrit l'incita à poursuivre. "Tiens tiens, se dit-il, pas mal du tout."", il en profite alors pour réaliser son rêve, à savoir devenir un homme, en l’occurrence un écrivain.
Il part donc à New York, trouve une maison d'édition, le livre rencontre un succès phénoménal, tout comme son auteur, l'ours prenant le nom de Dan Flakes, qui devient bientôt le chouchou des médias et de ces dames.
Cet auteur bourru, avare de mots, totalement imprévisible mais dégageant un charisme fou va devenir un pur produit allant à l'encontre de l'édition d'aujourd'hui : "Mais de nos jours, l'auteur est un produit autant que le livre.".

L'histoire est drôle et complètement loufoque, qui a déjà vu un ours lire ou encore devenir un auteur à succès ?
C'est pourtant sur ce postulat que l'auteur a bâti son histoire, utilisant le côté loufoque et complètement décalé pour faire en réalité une satire du monde de l'édition.
A aucun moment les protagonistes ne se doutent qu'ils ont affaire à un ours, l'auteur prend un malin plaisir à recourir aux quiproquos entre ce que l'ours dit (souvent cela n'a rien à voir avec ce qui lui était demandé, il reste un ours tout de même, grand amateur de miel et de confiture), ce que les humains comprennent et la façon dont ils interprètent les réponses de l'ours.
Tout cela sert bien entendu à dévoiler les travers du monde de l'édition.
Je reprocherai toutefois deux points à ce roman : d'utiliser à l'excès les quiproquos, je n'ai pas frôlé l'indigestion mais au bout d'un moment trop c'est trop, et de ne pas avoir creusé plus la transformation qui s'opère dans le même temps dans Arthur Bramhall.
En effet, tandis que l'ours devient de plus en plus humain Arthur lui découvre son côté bestial et se transforme en ours, allant même jusqu'à hiberner.
J'ai l'impression qu'il y avait quelque chose à creuser (sans vilain jeu de mots) de ce côté mais l'auteur n'a pas complètement tiré profit de cette idée qui était pourtant bonne et amenait un tournant dans l'histoire.
Fort heureusement, l'auteur ne tarde pas à conclure son livre avec une pirouette des plus réussies, car je me demandais bien comment il allait mettre un terme (ou pas) à cette histoire abracadabrante.

"L'ours est un écrivain comme les autres" est un savoureux roman loufoque et satirique à lire avec les doigts traînant en alternance dans les pots de miel et de confiture (et faites attention à ne pas tâcher les pages du livre se faisant).

Livre lu dans le cadre du Club des Lectrices

Aucun commentaire:

Publier un commentaire