mercredi 13 février 2013

Earl & Mooch Tome 2 Mon maître, ce héros de Patrick McDonnell


Les aventures d'Earl le chien et Mooch le chat, deux bestioles naïves et tendres. Ce volume contient les bandes quotidiennes et les pages du dimanche, du 3 avril 1995 au 29 octobre 1995 publiées dans le New York Times. (Les Humanoïdes associés)

Pour ces nouvelles aventures, Earl le chien et Mooch le chat sortent de l’hiver pour attaquer le printemps et l'été, en compagnie parfois d'un autre camarade de jeu : un oiseau (et non, Mooch ne le rêve jamais en rôti, juste tout le temps ou presque).
Il y a les mêmes ingrédients que dans le premier volume, des réflexions profondes des deux compère : "Les chats n'aiment pas être mouillés. Nous détestons l'eau ! / Alors pourquoi passes-tu ton temps à te laver ? / On aime cha...liver.", des questions existentielles : "Au fond, Mooch, tout ce qu'on fait c'est manger et dormir, dormir et manger, manger et dormir ... Quelle drôle de vie !?! Il y a de quoi se poser des questions ! / Ouiche. Quand est-ce qu'on mange ?", et beaucoup de situations cocasses entraînant le sourire et bien souvent le rire du lecteur.
Encore une fois, j'ai eu l'impression de voir sous forme de bande dessinée des scènes de la vie quotidienne ainsi Earl qui amène en toute circonstance sa balle à son maître pour qu'il la lui lance, y compris alors que ce dernier dort, j'ai le même phénomène à la maison (remplacer la balle par un os en caoutchouc); ou alors le chat restant systématiquement coincé en haut d'un arbre et refusant d'admettre qu'il n'arrive pas à redescendre.
Earl et Mooch ont deux caractères bien distincts, comme un chien et un chat, l'auteur ayant su mettre en avant leurs différences et en jouer pour proposer des situations comiques.
Le plus important, quoi qu'il en soit, c'est que "Là où il y a des genoux, il y a de l'espoir.", et dans ce second volume des aventures d'Earl et Mooch les maîtres sont en quelque sorte au coeur de l'histoire : Ozzie pour Earl et la voisine et son mari pour Mooch.
Chien et chat n'ont pas la même perception des relations les unissant à leurs maîtres (je n'aime pas trop ce terme d'ailleurs), ainsi Earl est rempli d'amour pour son Ozzie et ne peut concevoir la vie sans lui tandis que Mooch est plus indépendant et ne fait même pas attention au mari de sa maîtresse.
Comme l'indique le titre, Earl considère son maître comme un héros, ou tout du moins comme le centre de son monde.
Cette bande dessinée est un concentré d'humour et de tendresse, mais de là à se considérer comme un héros aux yeux de son chien il n'y a qu'un pas que je ne veux pas franchir, c'est pourquoi aujourd'hui, en tant que "maîtresse" d'un chien, je voudrais crier : "Je n'suis pas un héros, faut pas croire ce que dit cette BD, je n'suis pas un héros, un héros" !

"Mon maître, ce héros", deuxième tome des aventures d'Earl et Mooch, est une bande dessinée finement construite et remplie de situations toutes plus cocasses les unes que les autres, un véritable régal à lire et servie par de beaux dessins en noir et blanc, à l'exception de quelques planches colorisées.
Earl et Mooch est décidément une très belle découverte littéraire !

Livre lu dans le cadre du challenge Totem - Chien

1 commentaire:

  1. J'ai découvert les deux compères avec cet album. Un coup de coeur ! :)

    RépondreSupprimer