dimanche 11 novembre 2012

Les amoureux de Sylvia d'Elizabeth Gaskell


1796. La guerre contre la France révolutionnaire fait rage et ses répercussions ébranlent les provinces anglaises les plus lointaines. Le petit port baleinier de Monkshaven (Yorkshire) paie un lourd tribut en hommes valides, que les sergents recruteurs, haïs par la population, kidnappent de force pour servir le Roi. L’héroïne, Sylvia Robson, seize ans, fille unique de fermiers locaux, est une jolie sauvageonne, follement aimée par son terne cousin, Philip Hepburn. Arrive un harponneur audacieux et généreux, qui tombe amoureux d’elle et chavire son coeur. Hélas, les recruteurs vont bouleverser ces vies… Le caractère de Sylvia, fait pour l’insouciance et la légèreté, se trempe et prend une envergure dont personne ne l’aurait crue capable. Dans ce grand roman victorien, Elizabeth Gaskell montre les passions à l’oeuvre chez des gens ordinaires, et décline sur plusieurs tons le thème de l’amour frustré. Plongés dans une tourmente qui les dépasse, les personnages sont livrés à la violence de leurs sentiments, qui fait écho à celle de l’Histoire. (Fayard)

Sylvia Robson a seize ans, elle est belle et a un côté sauvageonne, elle est insouciante et est d'abord présentée comme écervelée et frivole : "Ah, tu vas pas me faire la morale ! J'aime pas les sermons qu'on accroche à tous les mots, comme sur les portemanteaux. Je vais avoir un nouveau manteau, ma fille, et je ferme les oreilles si tu me vais la morale. Alors de te laisse toute la jugeotte et moi, je prendrai le manteau.", pour finir par surprendre tout le monde avec une force de caractère jusque là insoupçonnée : "Quand j'aime, j'aime et quand je déteste, je déteste. Quant à celui qui me fait du mal, à moi ou aux miens, peut-être que je m'abstiendrai de le frapper ou de le tuer, mais jamais je lui pardonnerai.".
C'est l'une des raisons pour lesquelles je qualifierai ce livre d'étude des caractères humains, car c'est le coeur même du livre et tout tourne autour des personnalités.
De ce point de vue-là, je n'ai rien à reprocher, c'est fait de façon minutieuse et l'auteur sait pertinemment de quoi elle parle, rendant ainsi cette étude des caractères et des moeurs intéressante pour le lecteur.
Ainsi, le terne et sage Philip, éperdument amoureux de sa cousine Sylvia en arrivera à lui cacher la vérité pour parvenir à ses fins, lui qui jusque là de sa vie n'avait jamais proféré un mensonge : "C'est aussi bien : une promesse donnée est une entrave à celui qui l'a faite. Mais une promesse qui n'a pas été entendue est une promesse non donnée.", tandis que Sylvia prendra une dimension inattendue au fur et à mesure qu'elle mûrira à cause des aléas de sa vie.
Le personnage de Sylvia est un très beau personnage littéraire, fort et passionné, qui englobe à lui seul la violence des sentiments et de la passion amoureuse et la dureté de la vie avec les coups funestes du destin qui forgent les personnalités.
Sylvia est le moteur de ce livre, elle est à ce titre quasi omni-présente du début à la fin.
L'auteur porte aussi un regard juste sur la vie de ces gens ordinaires : "Mais les gens frustres, à l'instruction limitée, voire insuffisante, ont tendance à se comporter de façon vaine comme l'autruche bien connue.", sans jamais tomber dans la caricature et la leçon de morale.

Et s'il est beaucoup question de l'amour frustré dans ce livre, ce n'est absolument pas un roman d'amour, bien au contraire, c'est un roman extrêmement triste et pessimiste où il n'y a aucun instant de bonheur, même fugace.
C'est sans doute l'une des raisons pour lesquelles j'ai eu tant de mal à avancer dans ma lecture, en plus d'un style d'écriture allant au fond de chaque détail, ce qui rend la lecture quelque peu laborieuse alors qu'a contrario les dialogues sont très bien faits et j'ai pris beaucoup de plaisir à les lire.
Je n'ai rien contre les descriptions mais là j'ai trouvé qu'elles étaient poussées à l'extrême et ce de façon systématique tout en étant entremêlées d'explications de l'auteur sur le contexte historique et politique.
Ces dernières sont intéressantes, d'autant que cela concerne une partie plutôt méconnue de l'histoire anglaise,  avec la guerre menée par les anglais contre les révolutionnaires français.
Pour en revenir au thème principal du récit, l'amour frustré, il est ici abordé sous tous les prismes possibles : le jeune homme dont la flamme reste vaine pour sa cousine, l'amour de sa cousine envers un harponneur qui disparaîtra mystérieusement, l'amour muet non payé en retour de la douce Hester Rose envers Philip et la flamme de William Coulson envers Hester qui finalement trouvera son bonheur avec une autre.
Finalement, personne n'arrive à être avec la personne de son coeur et tout le monde est globalement bien malheureux, voici une vision bien pessimiste de l'amour, bien que je pense qu'elle soit aussi réaliste en replaçant l'histoire dans son contexte et dans son époque.

Il semblerait que "Les amoureux de Sylvia" soit l'un des romans les plus noirs d'Elizabeth Gaskell, elle a d'ailleurs dit en parlant de ce livre : "the saddest story I ever wrote", et ce n'était sans doute pas une bonne idée de commencer ma découverte de cette auteur par ce livre.
J'ai éprouvé des moments de lassitude lors de ma lecture, j'avais du mal à avancer, tandis qu'à d'autres la lecture devenait plus fluide et coulait plus facilement, d'autant que tout au long de ma lecture je me rendais bien compte de l'écriture soignée et perspicace d'Elizabeth Gaskell.
Au final, je suis mitigée par rapport à cette lecture et, au risque de me répéter, je pense que ce n'était pas le bon livre à choisir pour débuter avec cette auteur, néanmoins j'ai bien envie de lire ses autres oeuvres car je lui reconnais de grandes qualités littéraires.
"Les amoureux de Sylvia" ne sont donc pas à mettre entre toutes les mains, ce livre est à mon avis réservé aux personnes ayant déjà lu du Elizabeth Gaskell et n'ayant pas peur de passer un peu plus de 500 pages avec une histoire triste au possible et où le bonheur n'a pas lieu d'être.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire