samedi 16 juillet 2016

Jours d'orage de Katherine Kressmann Taylor


Toscane, 1960. Les blessures de la Seconde Guerre mondiale sont encore vives, surtout à Rocca al Sole, petit village isolé et archaïque où, quinze ans auparavant, les nazis ont massacré femmes et enfants. Lorsque Amanda Lashe, jeune veuve américaine, s'y réfugie avec sa fille pour fuir un violent orage, elle est loin de se douter qu'elle va être précipitée au cœur d'un drame. Car, sous les traits d'un simple commerçant en vacances, les villageois reconnaissent l'un de leurs tortionnaires... (J’ai Lu)

Autant j’ai adoré "Inconnu à cette adresse" par son aspect elliptique et ô combien cruel autant j’ai trouvé niais et sans grand intérêt ce roman sentimental de Katherine Kressmann Taylor.
Sortez les violons, c’est parti : Amanda Lasche est une jeune (et belle !) veuve Américaine qui a décidé de partir vivre à Florence, en Toscane, avec sa petite fille afin d’oublier le drame vécu et permettre à sa fille de grandir dans un univers de beauté et de culture.
A la faveur d’un orage et d’une panne de voiture elle se retrouve isolée avec sa fille dans le village de Rocca al Sole où elle rencontre un ingénieur à la retraite veuf (encore beau et bien conservé, marquis évidemment !), Eduardo Carleone.
Ce village peine à se remettre des blessures de la guerre, d’autant plus que l’un des bourreaux ayant commis des exactions au moment de la retraite de 1944, Herr Grussmann, s’y trouve en vacances avec sa famille.
Les esprits s’échauffent, les villageois veulent se venger, et seul Eduardo arrive à apaiser les tensions : "Il avait compris que la colère altère le jugement et étouffe la pitié.", mais pour combien de temps encore ?

Le synopsis est tout à fait digne d’un téléfilm de l’après-midi diffusé sur certaines chaînes de la télévision, les ficelles sont grosses, très grosses, et le style ma foi n’est pas des plus splendides.
Il n’y a aucune surprise dans cette histoire, ça sent la romance bluette à mille lieues à la ronde entre la jolie veuve et le beau veuf malgré la différence d’âge, de classe sociale et de nationalité.
J’ai connu des histoires d’amour un peu mieux amenées et un peu plus subtiles.
S’il n’y avait que cela … j’ai aussi pris ce livre car il y avait un contexte historique, j’aurai peut-être mieux fait de m’abstenir car si j’espérais une belle histoire comme dans "Le vieux fusil" ça ressemblait plus à une sous-vendetta.
Les personnages sont tous des archétypes, il n'ont aucune originalité et l'ensemble est très manichéen : d'un côté les gentils et de l'autre les méchants.
Et au milieu ?
Rien, à part peut-être une rivière qui y coule.
Les caractères sont donc exagérés : Amanda est une damoiselle en détresse en recherche d'affection, Eduardo est un homme vieillissant qui va de nouveau découvrir l'amour, les villageois sont tous décidés à se venger et Herr Grussmann est une caricature d'un Allemand (outre le fait d'être le vilain nazi).
Quant à la sœur d'Eduardo, vieille fille qui se prend d'affection pour Amanda : "Vous comprenez que je me suis prise d'affection pour vous, n'est-ce-pas ? Vous êtes toute seule ici c'est. Nous serons amies.", elle dégage un côté malsain et met tout le monde mal à l'aise, les personnages mais aussi le lecteur.
Le style est loin d'être flamboyant, tout est cousu de fil blanc, difficile d'imaginer que c'et la même personne qui a écrit ce roman et "Inconnu à cette adresse" tant la différence, y compris de style, est flagrante.
Et même les charmes de la campagne Toscane n'ont pas réussi à sauver l'ensemble, mieux vaut y aller et découvrir par soi-même que les admirer par procuration car ce roman ne leur rend pas non plus hommage.
Fort heureusement, je n'ai pas commencé à découvrir cette auteur avec cette oeuvre, sinon j'aurai arrêté aussitôt (cela me rappelle une certaine Simonetta Greggio, à qui j'ai décidé de laisser une troisième chance mais ceci est une autre histoire).

"Jours d'orage" a été une déception sur toute la ligne, je n'ai été emballée ni par l'histoire, ni par les personnages, ni par le style.
Du même auteur je ne peux que vous recommander "Inconnu à cette adresse" et d'oublier celui-ci.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire