jeudi 18 juin 2015

Kernok le pirate d'Eugène Sue


Homme dur et sans pitié, le solide Kernok est un pirate qui ne transige pas avec les égarements de ses hommes. Capitaine de L’Épervier, il parcourt les mers à la recherche de trésors, n’hésitant pas massacrer les occupants – fussent-ils inoffensifs – des vaisseaux adverses… C’est à terre cependant, celle de sa Bretagne natale, qu’il mourra, de la plus étrange façon. (Oskar)

Premier roman d'Eugène Sue, "Kernok le pirate" livre le portrait d'un homme cruel, violent, sans pitié, s'étant enrichi en pillant et détruisant des navires et dont le cœur est resté de marbre tout au long de sa vie hormis pour la seule femme qu'il ait aimée et qui disparût dans des conditions tragiques.
Kernok ne terrorisait pas que ses victimes mais également les hommes qui constituaient son équipage et qui gardèrent de lui le portrait d'un homme dur et sans pitié : "Kernok avait une de ses âmes fortement trempées, inaccessibles aux mesquines considérations que les hommes faibles appellent reconnaissance ou pitié.".
Construit sous la forme de courts chapitres, ce roman retrace les grandes étapes de la vie de Kernok.
Dès les premiers chapitres le ton est donné : Kernok parcourt la lande Bretonne et se retrouve chez la sorcière de Pampoul qui lui dévoile les infamies qu'il a commises et lui annonce sa mort prochaine.
Des infamies, Kernok en a commises un bien grand nombre, et si l'auteur se contente de n'en livrer qu'une au lecteur, il a choisi la plus emblématique de toutes.
C'est très bien écrit, cela se lit rapidement, j'ai eu l'impression au court de ma lecture que ce roman avait été écrit sous forme de feuilleton littéraire comme cela était le cas à l'époque d'Eugène Sue, mais je dois bien reconnaître que je n'ai pas trouvé à Kernok la classe et le côté pervers qu'a le personnage de Long John Silver créé par Robert Louis Stevenson et qui reste à mes yeux la quintessence même du pirate.
Sans doute que ce court roman pourrait convenir à un public jeune, pour ma part cela a été un moment de court divertissement et ce livre ne restera pas dans mes classiques du roman de piraterie.

"Kernok le pirate" est plus une longue nouvelle qu'un roman et reste une première oeuvre dans laquelle le talent de conteur sous la forme de roman-feuilleton d'Eugène Sue transparaît.
A découvrir, mais ce personnage n'a pas à mes yeux tout l'éclat et la grandeur de Long John Silver.

Livre lu dans le cadre du Plan Orsec 2015 pour PAL en danger / Chute de PAL (merci Marjolaine !)


Aucun commentaire:

Publier un commentaire