lundi 14 septembre 2015

Une affaire de charme d'Edith Wharton


Ce recueil de sept nouvelles peint l'univers mondain et cosmopolite des maris trompés, des nantis et des belles intrigantes et décrit une société bourgeoise tissée de simulacres, une écriture féroce et tendre qui plonge au cœur des tourments humains. (J’ai Lu)

Edith Wharton excellait dans l’art de la nouvelle.
Pour s’en convaincre, il suffit de lire ce recueil en contenant sept, présentant à chaque fois des portraits de femmes tous plus saisissants les uns que les autres, et surtout tous plus mordants et cruels.
Toutes ces nouvelles se passent dans la société bourgeoise tissée de simulacres et de règles de bonne conduite qu’il faut obligatoirement respecter sous peine d’être rejeté au ban de la société, un univers que connaissait et maîtrisait parfaitement bien Edith Wharton et qu’elle retranscrivait à merveille dans ses écrits.
Il n’y a qu’à voir le personnage de l’épouse d’un professeur dans la nouvelle intitulée "Le prétexte" qui entrevoit l’amour avec un jeune Anglais de passage, allant ainsi contre toutes les règles de bienséance qu’on lui a inculquées depuis l’enfance : "Dès l’enfance on lui avait appris à se « ressaisir » - mais il ne lui était jamais encore arrivé de sentir ses petites émotions et ses petites aspirations aussi largement dispersées, ni perdues de la sorte dans une étendue vague et inexplorée.".
Comme d’ordinaire, la plume d’Edith Wharton est acérée, féroce, et fouille jusqu’au plus profond les sentiments humains et décrit avec brio et précision les émotions qui agitent les personnes, particulièrement les femmes, et toujours sans concession : "Bien des personnes sont comme des statues mal conçues, qui débordent de leur niche ou bien y paraissent perdues.".
Si parfois les choses s’arrangent pour les personnages : "C’était étrange, vraiment, comme les choses s’arrangeaient d’une façon inattendue.", bien souvent cela ne se fait pas sans drame.
Il y a quelques touches d’humour dans ce recueil, notamment avec la nouvelle "La permanente", c’est presque la première fois que je saisis cette forme d’humour ironique chez Edith Wharton, et cela est toujours aussi mordant.
L’ironie est aussi présente dans la nouvelle "La plénitude de la vie", avec une femme qui laisse penser qu’elle ne sait pas ce qu’elle veut et qui finalement fait le choix que l’on attendait d’elle et n’ose sortir des sentiers battus.
Mais la nouvelle qui m’a le plus émue est "Le tableau mouvant",  car étrangement la femme dont il est question l’est sous forme de tableau et non de personnage interagissant avec d’autres, mais le comportement des hommes au cœur de cette nouvelle se cesse de graviter autour d’elle, comme quoi la femme et les relations qu’elle entretient avec les hommes demeurent inexorablement au cœur des écrits d’Edith Wharton.

"Une affaire de charme" est un recueil de nouvelles d’Edith Wharton se lisant rapidement et avec plaisir, une bonne façon de découvrir cette auteur et son talent pour le genre littéraire qu’est la nouvelle.

Livre lu dans le cadre du Plan Orsec 2015 pour PAL en danger / Chute de PAL



Livre lu dans le cadre du Challenge Destination PAL



Livre lu dans le cadre du Challenge Romancières américaines

Aucun commentaire:

Publier un commentaire