vendredi 4 mai 2012

Au-delà des pyramides de Douglas Kennedy


D'Alexandrie à Assouan en auto-stop, de l'oasis de Siwa aux bidonvilles du Caire, une fascinante plongée dans l'envers du décor, où notre apprenti écrivain voyageur va multiplier les rencontres inhabituelles : à quinze mètres du sphinx, un vendeur de Toyota dont le cœur balance entre trois épouses, le prophète Mahomet et sa collection de Mercedes ; un inquiétant pilote de felouque au cœur brisé par une Française ; des Bédouins accros à CNN ; des moines informaticiens en plein cœur du désert… Autant de confrontations hilarantes, de scènes cocasses pour les errances d'un Américain en terre musulmane. Entre récit et mémoire, une irrésistible chronique de voyage servie par l'œil et la plume aiguisés du reporter, pour un futur classique, dans la lignée de Paul Theroux et Bruce Chatwin. (Belfond)


En 1985, à une période de sa vie quelque peu difficile, Douglas Kennedy effectue un voyage en Egypte tout en mettant par écrit son récit de voyage.
Cela deviendra son premier livre, "Au-delà des pyramides".


Dans ce récit de voyage, Douglas Kennedy a décidé de se plonger à la découverte de l’Egypte hors des sentiers et des lieux touristiques.
Il sera ainsi amené à côtoyer des égyptiens, des expatriés ou encore des personnes ayant choisi de vivre dans ce pays car elles en sont amoureuses.
Au cours de son périple qui le mènera du Caire à Alexandrie, en passant par Assouan ou un oasis à la limite de la frontière libyenne, il utilisera des moyens de transport locaux et discutera avec toute une galerie de personnes très variées : un vendeur de Toyota hésitant entre ses trois femmes, des moines à la pointe de l’informatique en plein milieu du désert, des pilotes de Felouque dont l’un lui racontera l’histoire d’un ancien pilote de felouque au cœur brisé par une française, des ingénieurs expatriés et passant leur vie à travailler dans les coins les plus reculés du globe.

Le style du récit de voyage convient assez bien à la plume de Douglas Kennedy car il ne manque pas de faire partager au lecteur ses dialogues avec les personnes rencontrées.
C’est parfois drôle, parfois grinçant, en tout cas il ressort bien de ce récit toute la complexité de ce pays.
L’un des protagonistes le dit bien à l’auteur : "L'Egypte d'aujourd'hui est une pyramide inversée". 
Si le contexte politique a quelque peu évolué depuis l’écriture de ce livre, il n’en reste pas moins d’actualité, notamment tout ce qui concerne la place de l’islam en Egypte, le poids des traditions et de la religion et plus généralement concernant les aspects.
Ainsi, certaines personnes rencontrées expliqueront à Douglas Kennedy leur vision de l’Egypte : citations, et il est presque incroyable de constater à tel point tout cela est encore juste et d’actualité : "Pour un régime fondé sur l'ordre social, c'était un sérieux avertissement, qui révélait une réalité essentielles de l'Egypte : dans un pays où le taux d'analphabétisme atteint soixante-dix pour cent, la population a peu d'intérêt pour la chose politique, certes, mais si elle perçoit que les choix gouvernementaux menacent sa précaire subsistance quotidienne elle se transforme en une force imprévisible." ou alors était prémonitoire : "Mais un jour le peuple qui veut l'islam s'emparera du pouvoir et ce sera la chance d'édifier une société authentiquement islamique."
Il est aussi très souvent question de religion et de la place de l'islam : "pour le Moyen-Orient, le plus grand danger, c'est l'islam. C'est une religion qui tire tout le monde en arrière et qui étouffe tout, à commencer par la liberté."
La plupart des personnes interrogées par Douglas Kennedy portent un regard très lucide sur ce pays, l'auteur ne fait que rapporter leurs propos.
C’est l’un des avantages de cette lecture, elle n’est pas démodée et trouve un écho saisissant par rapport aux évènements de l’année dernière.
Certains propos tenus se sont même réalisés, ce qui donne une autre dimension à la lecture de ce livre.

Ce récit de voyage de Douglas Kennedy change de son style habituel de roman et se lit avec curiosité et un certain plaisir, d’autant qu’il permet de découvrir un visage non conventionnel de l’Egypte hors des lieux touristiques et plus proches de ses habitants.
Malgré l’âge de ce récit, il est encore fortement d’actualité et aucunement démodé.

Ce livre a été lu dans le cadre du challenge ABC critiques 2011/2012 - Lettre K


Aucun commentaire:

Publier un commentaire