dimanche 15 novembre 2015

Délivrances de Toni Morrison


Dans son onzième roman, qui se déroule à l'époque actuelle, Toni Morrison décrit sans concession des personnages longtemps prisonniers de leurs souvenirs et de leurs traumatismes. Au centre du récit, une jeune femme qui se fait appeler Bride. La noirceur de sa peau lui confère une beauté hors norme. Au fil des ans et des rencontres, elle connaît doutes, succès et atermoiements. Mais une fois délivrée du mensonge - à autrui ou à elle-même - et du fardeau de l'humiliation, elle saura, comme les autres, se reconstruire et envisager l'avenir avec sérénité. (Christian Bourgois)

Chère Toni Morrison, Dear Toni Morrison,

Dans un souci de lectorat majoritairement en langue Française, je vais devoir abandonner la langue de Shakespeare pour continuer dans celle de Molière.
Qu'importe, car je crois que le ressenti, les sentiments et les émotions sont un langage universel compréhensibles de tout à chacun.
Il y a longtemps que j'entends parler de vous, Toni Morrison, longtemps que vos œuvres parviennent jusqu'à mes oreilles sous forme de louanges : un Prix Pullitzer, un Prix Nobel de Littérature, "Beloved" étant le roman qui vous a fait connaître en France.
Pourtant, ce n'est que tardivement que j'ai commencé à vous lire, à découvrir votre plume, avec "Home", une sorte de synthèse de tout ce que vous avez écrit jusqu'à présent; puis avec "Le chant de Salomon"; et enfin avec "Délivrances", votre dernière oeuvre publiée en France.
C'est d'ailleurs de "Délivrances" dont je souhaite vous parler, et tout d'abord du titre.
"Délivrances" dans mon esprit cela fait écho à une supplique, une prière : "Seigneur, délivrez-nous du mal", et ici, vos personnages sont en quête de rédemption, d'une certaine manière.
Il y a cette jeune femme qui se fait appeler Bride, de son vrai nom Lula Ann, une superbe Vénus à la peau noire, mal-aimée par sa mère, abandonnée sans explication par son amant, une femme qui s'est hissée socialement à la seule force de sa volonté, et en jouant de son superbe physique noir en rehaussant l'éclat de sa beauté en se vêtant uniquement de blanc : "A l’exception de Sylvia, Inc. et de Brooklyn, elle avait le sentiment d'avoir été toute sa vie méprisée et rejetée par tout le monde. Booker était la seule personne qu'elle était capable d'affronter, ce qui revenait à s'affronter soi-même, à se défendre soi-même. Ne valait-elle pas quelque chose ? Quoi que ce soit ?"; il y a Sweetness, la mère de Lula Ann, une apparition fugace dans le roman, une presque mauvaise mère qui a toujours eu du mal à aimer sa fille, parce qu'elle était trop noire et elle presque blanche, si elle cherche le pardon de sa fille, je n'en suis pas bien sûre; il y a Brooklyn, la seule amie de Bride, qui la comprend à peu près, mais qui n'hésite pas à la trahir lorsque l'occasion se présente; il y a Rain et Sofia, une petite fille et une femme qui vont jouer un rôle déterminant dans les décisions prises par Bride; et puis il y a Booker, l'homme que Bride aime, et qui aime Bride, mais qui, comme elle, est rongé par son passé et n'arrive pas à s'en débarrasser, à tel point qu'il aime Bride sans vouloir le reconnaître, car elle l'émeut, elle fait vibrer sa corde sensible : "De temps à autre, elle abandonnait les dehors de maîtrise totale qui étaient ceux de la chef d'entreprise branchée au succès époustouflant, pour confier quelque défaut ou douloureux souvenir d'enfance. Et lui, sachant tout de la façon dont les blessures d'enfance suppuraient et jamais ne cicatrisaient, il la consolait, non sans dissimuler sa rage à l'idée de quiconque en train de lui faire du mal.", pourtant il la quitte sans un mot, sans une explication.
Jusqu'à présent, j'ai toujours trouvé dans vos romans une dimension religieuse, celui-ci ne fait pas exception à la règle car on y retrouve tous les thèmes qui vous sont chers, notamment celui de la place des Afro-américains dans l'Amérique actuelle, le racisme, la discrimination.
Certains pourraient dire que vous ne vous renouvelez pas, pourtant à chaque fois vous abordez ces sujets sous un autre angle, toujours avec brio et avec une émotion sans cesse renouvelée.
Ici, vous y ajoutez une dimension fantastique, à travers le personnage de Bride qui constate des changements physiques, comme si elle redevenait la petite fille qu'elle a été un jour et qui ne cessait de vouloir attirer l'attention de sa mère : "C'est alors qu'elle comprit que les changements corporels n'avaient pas seulement débuté après qu'il était parti, mais parce qu'il était parti.".
Je me suis demandée où vous vouliez en venir avec cet aspect presque inhabituel chez vous, la fin apporte toutes les réponses.
Votre roman n'est pas le récit d'une délivrance, mais de plusieurs délivrances : celle de la naissance, celle de l'enfance, celle du mensonge, celle des blessures et des erreurs du passé, celle d'une vie d'adulte qui ne convient pas; en somme, c'est une véritable mue de serpent que vous faites faire à vos personnages.
Et avec quel talent.

Il ne me reste plus qu'à vous remercier, chère Toni Morrison, pour ce merveilleux, émouvant et bouleversant roman.
C'est toujours avec grand plaisir que je vous lis, je vous donne donc rendez-vous au hasard d'une prochaine lecture d'un roman de votre cru.

Une lectrice parmi tant d'autres.

Livre reçu dans le cadre des Matchs de la Rentrée Littéraire 2015 organisés par Price Minister #MRL2015


Aucun commentaire:

Publier un commentaire