samedi 11 octobre 2014

Le livre des nuits de Sylvie Germain


Parti des confins de la terre et de l'eau, Victor-Flandrin Péniel, portant au cou les larmes de son père dont le visage fut sabré en 1870 par un uhlan, et toujours accompagné d'une mystérieuses ombre blonde, viendra s'établir dans un hameau perdu au bout du territoire et encerclé de forêts où rôdent encore les loups. C'est dans ces terres frontalières, par où la guerre sans cesse refait son entrée au pays, et dans la vie et la mémoire des hommes, que Victor-Flandrin, dit Nuit-d'Or-Gueule-de-Loup, prendra femme, par quatre fois, et engendrera une nombreuse descendance, toute marquée par la gémellité et la violence de la passion. (Folio)

Victor-Flandrin Péniel dit Nuit-d'Or-Gueule-de-Loup est un enfant de l'inceste, né de la folle passion de son père Théodore-Faustin au visage sabré par un uhlan en 1870 pour sa fille, un père qui est passé de la lumière la plus aveuglante à l'ombre la plus obscure : "Puisque le monde n'était qu'un obscur bas-fond où Dieu prenait plaisir à voir patauger et souffrir les hommes, il se devait de dénoncer à tous cette méchanceté divine et de clamer partout la puanteur humaine.".
Le fils porte désormais autour du cou les larmes de son père et est accompagné par une mystérieuse ombre blonde.
Il quitte le fleuve pour s'établir dans un endroit reculé de la campagne, entouré par la forêt.
Victor-Flandrin va succomber à la vie et à l'amour : "Mais la beauté, comme l'amour, veulent toujours faire retour et monter à l'aigu. Et ils ont de l'enfance le charme allègre et insolent, l'instinct du jeu, l'art de la séduction et l'absence de remords."", plusieurs fois puisqu'il prendra femme par quatre fois et engendrera de nombreux enfants tous marqués par la gémellité.
Il faudra bien des années et bien des obstacles pour qu'enfin se referme son livre et qu'un nouveau commence : "Le dernier mot n'existe pas. Il n'y a pas de dernier nom, de dernier cri. Le livre se retournait. Il allait s'effeuiller à rebours, se désœuvrer et puis recommencer. Avec d'autres vocables, de nouveaux visages.".

C'est presque un siècle d'histoire de France dans lequel Sylvie Germain entraîne le lecteur avec ce roman dense et puissant.
Non pas dense par le nombre de pages mais par l'urgence et tout le contenu de l'histoire; quant à sa puissance elle vient du style remarquable de l'auteur qui a su croquer avec justesse, réalisme et vie toute l’âpreté de la vie et de la nature.
Nuit-d'Or-Gueule-de-Loup est un être broyé par la vie et le destin, protégé par sa grand-mère il apprend bien tôt à se débrouiller par lui-même et ne doit son salut de ne pas partir dans les tranchées de 14-18 qu grâce à un geste de folie de son père qui lui a tranché des doigts lorsqu'il était enfant afin qu'il ne puisse connaître l'horreur de la guerre qu'il avait lui-même connu et qui l'avait laissé défiguré.
Mais si ce n'est lui qui part à la guerre, ce sont ses deux aînés qui vont y aller et en revenir meurtris dans leur chair et dans leur esprit à jamais.
Et comme si une guerre ne suffisait pas, celle de 39-45 viendra de nouveau lui ôter le bonheur et la joie qui illuminaient de nouveau sa vie.
De ses garçons et de ses filles il n'en restera pas grand chose, tous et toutes seront marquées par la folie et devront payer au prix fort leurs passions amoureuses, comme s'ils avaient été marqués par le sort et le destin.
Ce roman et le style d'écriture de Sylvie Germain m'ont beaucoup fait penser à l'oeuvre de Jean Giono, par le caractère rude des personnages et la dureté de la nature qui ne se laisse pas dompter.
Mais il y a dans ce roman une dimension fantastique que l'on ne retrouve pas chez Jean Giono et qui lui permet de se distinguer d'une autre façon de cet auteur.
Le destin de Nuit-d'Or-Gueule-de-Loup relève du conte fantastique, à la manière des contes de fées de notre enfance il lui faudra beaucoup souffrir, beaucoup se battre, pour pouvoir connaître la paix et le bonheur intérieur, ce que sa descendance directe ne connaîtra d'ailleurs pas.
Si je conçois que cette dimension fantastique puisse surprendre et déranger ce ne fut pas le cas pour moi et j'ai beaucoup apprécié sa venue dans le récit.
Elle tend à enrichir ce qui n'aurait pu être qu'une banale saga familiale et donne toute sa beauté à ce roman.

"Le livre des nuits" de Sylvie Germain fait partie de ces romans que j'appréhendais, à tort, de lire.
Sans doute en grande partie à cause de la couverture, et du fait que la quatrième de couverture ne pose que l'introduction de ce roman sans en dévoiler la matière.
Grand bien m'en a pris de finir par ouvrir ce livre, j'ai été séduite par l'histoire et par la plume de Sylvie Germain, une auteur que je garde en mémoire et dont il me tarde désormais de découvrir la suite de son oeuvre.

Livre lu dans le cadre du Plan Orsec 2014 pour PAL en danger / Chute de PAL



Livre lu dans le cadre du Prix des Lectrices 2014

6 commentaires:

  1. Je suis ravie que tu aies apprécié cette oeuvre. Il y a une suite à ce roman, "Nuit d'ambre". Et dans le même genre, il y a "Jours de colère" : Sylvie Germain y déploie une histoire villageoise également monstrueuse et fascinante.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce sont justement les 2 livres que j'ai repérés en priorité ! Merci pour les conseils !

      Supprimer
    2. Je ne suis cependant pas certaine que mon livre reste en course pour le prix. Ce serait étonnant.

      Supprimer
    3. Pour l'instant il fait toujours parti de la liste et rien n'a été dit à ce sujet.

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Si ça peut te rassurer tu n'es pas la seule du Club dans ce cas !

      Supprimer