dimanche 12 octobre 2014

Une femme vertueuse de Kaye Gibbons


C’est un récit à deux voix, une alternance de monologues intérieurs entre Jack Ernest Stokes, un vieil ouvrier de ferme et Ruby, sa femme, vingt ans de moins. Ruby était belle comme un cœur lorsque Jack l’a rencontrée. Jusqu’au jour où l’on apprend que Ruby va mourir d’un cancer. Le roman s’ouvre sur les préparatifs de Ruby : trois mois de plats tout préparés à mettre au congélateur et destinés à Jack après la mort de Ruby. Ruby et Jack racontent, l’un après l’autre, les épisodes tragi-comiques de leur vie quotidienne avec un sens du grotesque tout à fait hors du commun. Et c’est tout le vieux Sud rural des Etats-Unis qui resurgit, avec ses fermiers d’hier, Noirs et Blancs, dans le monde contemporain. (Rivages)

Ruby a rencontré Jack après un mauvais mariage avec un homme qui ne la respectait pas, qui l'avait éloignée de sa femme et qui lui a en prime collé le vice de la cigarette.
Ruby a vingt ans de moins que Jack, elle est belle, drôle, déterminée, a une certaine morale qui fait d'elle une femme vertueuse, tandis que lui est solitaire, peu bavard mais un travailler agricole acharné.
Ils se respectent et s'aiment mais n'ont jamais pu avoir d'enfant.
Aujourd'hui, Ruby vient d'apprendre qu'elle va mourir, d'un cancer dû à l'excès de consommation de cigarettes : "C'est drôle de penser que quelque chose qui m'avait servi, au début, à me tirer d'affaire, ne m'a plus quittée ensuite et ne m'a fait que du mal. Je n'ai rien fait contre et, j'ai honte de le dire, à l'heure qu'il est, je donnerais ma vie pour une cigarette - sauf que je ne n'ai plus de vie à donner.".
Mais plutôt que de penser à elle, c'est à Jack qu'elle pense, à comment il va vivre après elle et qu'il ne saura pas s'occuper de lui.
C'est pour cela qu'elle lui prépare au congélateur trois mois de plats à réchauffer, parce qu'elle sait que Jack n'y arrivera pas sans elle tout comme lui sait qu'il n'y arrivera pas sans elle : "Je sais aujourd'hui que le monde repose sur la force des femmes. C'est elles qui l'ont construit et qui l'entretiennent, elles qui s'agenouillent, qui s'accroupissent, qui tirent, qui se penchent, et qui se relèvent lorsqu'il faut aller faire ce qu'il y a à faire.".
En attendant la mort, ils se racontent à tour de rôle : leur passé, leur rencontre, leur histoire, leurs années heureuses de mariage, leurs joies, leurs peines, leurs espoirs, leurs déceptions.

Kaye Gibbons a choisi de construire son récit en alternant la narration entre Ruby et Jack, et même si la structure temporelle n'est pas respectée il n'en reste pas moins que la trame est cohérente du début à la fin.
C'est une histoire très touchante qui est ici racontée, je n'ai pas pu résister au charme de ce couple qui se raconte et que rien ne prédestinait à se rencontrer.
J'ai souffert avec Ruby, cette femme que la vie n'a pas épargné, sans doute parce que des Ruby il m'est arrivée d'en croiser, de ces femmes qui toute leur vie n'ont pas été épargnées par le destin et par la maladie, qui ont dû se battre, tout le temps, même si au final la mort a été la plus forte.
J'aime à croire que pour ces femmes-là même si c'est la mort qui l'emporte à la fin elle n'est pas victorieuse.
Le destin tragique de Ruby est doublement injuste car poussée dans la misère et éloignée de sa famille par son premier mari, c'est encore à lui qu'elle doit d'être devenue accro à la cigarette et d'en mourir aujourd'hui d'un cancer.
Jack n'en est pas moins touchant tant il est le portrait de l'homme qui se trouve totalement démuni sans la femme qu'il aime à ses côtés pour l'aider dans la vie quotidienne et les gestes simples de tous les jours comme se faire à manger ou sa lessive.
Et là où Kaye Gibbons a réussi un tour de force c'est qu'elle aurait pu se contenter d'en faire un roman tragique, mais il y a aussi des scènes comiques, des anecdotes amusantes du passé qui font sourire le lecteur et atténuent quelque peu sa peine à la lecture de cette fatalité et du mauvais sort qui poursuivent Ruby.
L'autre point fort de ce roman, c'est que Kaye Gibbons y décrit de façon très visuelle et vivante l'ambiance du Sud des Etats-Unis, le Sud rural avec des personnages hauts en couleur et une vie pas toujours évidente et bien souvent faite de misères, ce qui ne l'empêche pas d'être joyeuse et que les personnages finissent par y trouver leur bonheur.
Ce livre a un côté intemporel tant il pourrait avoir été écrit hier comme il y a cinquante ans, sans connaître la biographie de l'auteur il est difficile de la situer à une époque bien précise, voilà sans doute la marque d'un grand roman qui fait de ce livre et de son auteur des incontournables dans le paysage de la littérature féminine américaine.

"Une femme vertueuse" n'est que le deuxième roman de Kaye Gibbons dans sa bibliographie qui, au final, ne compte pas tant de livres que cela mais il réussit à évoquer, à travers les voix de Ruby et de Jack, une histoire extrêmement touchante se déroulant dans le Sud profond et rural américain, une belle lecture qui me marquera pendant longtemps.

Livre lu dans le cadre du Challenge Romancières américaines


Livre lu dans le cadre du Plan Orsec 2014 pour PAL en danger / Chute de PAL


Aucun commentaire:

Publier un commentaire