lundi 27 août 2012

Joséphine Tome 2 Même pas mal de Pénélope Bagieu


Joséphine revient ! On retrouve avec un plaisir jubilatoire l’humour corrosif de Pénélope Bagieu, son regard acéré et tendre sur les petites choses de la vie. Dans ce deuxième tome, Joséphine tombe folle amoureuse d’un homme… marié… mais plus pour longtemps, il l’a promis. Toujours aussi gaffeuse et complexée par ses hanches, Joséphine a décidé d’adopter une nouvelle philosophie de vie : elle s’est mise au yoga et relativise… (Jean-Claude Gawsewitch)

Pour Joséphine c’est la rupture dans ce deuxième tome, mais plus dur encore, elle va devoir accepter que son ex sorte avec sa DRH et, summum de l’horreur, qu’ils se marient alors que son ex refusait toute forme d’engagement ou même que Joséphine laisse une brosse à dents chez lui.
Après une période en célibataire : "Mais tu le sais pourtant, que c’est un calvaire de faire un plan de table pour un nombre impair d’invités, Joséphine ! C’est encore une de tes stratégies pour essayer de me punir, c’est ça ?", elle va bien se retrouver un amoureux, sauf qu’il est marié et père de famille.
Alors, comme Joséphine l’explique à sa nièce : "Honnêtement, entre faire la bonniche pour sept vieux garçons à moitié chauves dans une ferme pourrie, ou te faire la malle avec un prince plein aux as, tu hésiterais toi ?".
Et puis Joséphine va aussi connaître les affres du déménagement : "Non, Joséphine, ce n’est pas "normal", je t’assure qu’ils ne rajoutent JAMAIS une vis en trop "juste au cas où".".

Ce deuxième tome est toujours constitué de scénettes, pourtant je trouve l’histoire plus liée que dans le premier tome, à tel point que l’on oublierait presque qu’il ne s’agit pas d’une histoire en continu mais de tranches de vie.
"Même pas mal" est d’ailleurs plus comique que le premier tome, Joséphine s’y révèle plus drôle que dans le premier et subit moins, au contraire elle finit par se prendre en main et la conclusion est même plutôt optimiste.
L’histoire est plus structurée, elle a plus de continuité et de suite logique et c’est à cela que l’on se rend compte que Pénélope Bagieu affute ses crayons et se creuse une place sûre dans l’univers de la bande dessinée.
Graphiquement j’aime toujours autant. Les personnages féminins sont réussis, avec des traits arrondis et beaucoup de différences, quant aux personnages masculins même si physiquement ils sont différenciés le trait de crayon est un peu trop le même et manque de structures, de formes plus précises.

"Même pas mal", deuxième tome des aventures de Joséphine, gagne en puissance et en force humoristique et rend le personnage de Joséphine encore plus attachant.
Suite et fin des aventures de Joséphine dans le troisième tome, où Joséphine "Change de camp".

Aucun commentaire:

Publier un commentaire